Rembourser son prêt étudiant

Aux États-Unis, les études coûtent vraiment très cher et il est presque impossible pour de nombreux Américains de se les payer sans emprunter beaucoup d’argent. Aujourd’hui, ils sont plus de 45 millions à rembourser un prêt étudiant qui pèse lourd dans leurs finances. Une situation difficile, qui met beaucoup de jeunes travailleurs dans une situation précaire et limite les opportunités d’ascension sociale. Voilà pourquoi le jeu « Paid Off » leur offre l’opportunité de rembourser plus rapidement leur prêt.

Un jeu qui rencontre un grand succès dans la classe moyenne américaine

Aux États-Unis, les prêts étudiants ressemblent de plus en plus au côté obscur du rêve américain. Pour les membres de la classe moyenne qui ne peuvent pas payer d’études supérieures à leurs enfants, ces prêts représentent le risque d’attacher à la cheville de leurs enfants un boulet pesant qui les empêchera de se lancer sereinement dans la vie active.

Voilà pourquoi le jeu télévisé « Paid Off » a connu un si grand succès. Il permet à trois candidats de s’opposer dans un jeu qui ressemble fort à notre célèbre Question pour un champion. Sauf que, dans la version américaine, les sommes en jeu sont suffisamment importantes pour permettre au gagnant de rembourser les dizaines de milliers de dollars de dette qu’il a contractée.

Un système français plus juste et plus stable

En France, la situation est bien moins alarmante. D’abord, parce que les études coûtent beaucoup moins cher, même dans le privé. Ensuite, parce que l’État propose de nombreuses aides aux élèves dans le besoin qui permettent de réduire les coûts de la scolarité. Ensuite, parce qu’il est possible de comparer les offres de crédits à la consommation avant de se décider. Pour cela, rendez-vous tout simplement sur https://moneybanker.fr/pret-personnel/.

Grâce à ces plateformes de comparaison, les particuliers peuvent tout simplement choisir les offres les plus intéressantes parmi toutes celles proposées par les différents organismes de crédit. Il est alors possible de choisir l’offre qui pèsera le moins lourd dans votre budget et pendant le moins longtemps possible. Grâce à cela, le taux d’endettement des étudiants et des jeunes actifs est beaucoup moins important et ils peuvent suivre sereinement leurs études.

Une mobilité sociale plus difficile aux États-Unis

Au-delà des conditions de vie difficiles des jeunes actifs surendettés et de la santé préoccupante du système économique surendetté aux États-Unis, c’est également la question de la mobilité sociale qui se pose. En France, le faible coût des études permet à n’importe qui d’emprunter de quoi se payer des études supérieures, tout en étant certain de réussir à le rembourser en quelques années. Aux États-Unis, ce n’est pas le cas.

Obtenir un diplôme en trois ans coûte parfois plus de 100 000 dollars aux Américains. Résultat, les membres des classes sociales les moins élevées n’ont pas accès aux études supérieures et ne peuvent pas espérer la moindre amélioration de leurs conditions de vie. À l’inverse, les membres de la classe sociale moyenne voient leurs conditions de vie se détériorer dès leur plus jeune âge à cause de leurs surendettements. La mobilité sociale est donc réduite et très difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *