Un ingénieur

Le métier d’ingénieur analogicien consiste à utiliser les signaux présents dans la nature, comme la lumière ou le son, pour les transformer en signaux électriques. L’ingénieur élabore alors des circuits intégrés et intervient lors des tests avec les outils de mesure. Ce travail requiert une forte disponibilité et demande d’acquérir des connaissances continuellement. Comment devenir ingénieur analogicien et quelles sont les perspectives professionnelles ?

Quelles études faut-il faire pour devenir ingénieur analogicien ?

Afin de pouvoir travailler en tant qu’ingénieur analogicien, il convient d’avoir obtenu un Bac + 5. Ainsi, il faut être titulaire d’un diplôme d’ingénieur, ou master en électronique, avec une spécialisation en électronique analogique. De plus, on peut faire ce métier si on a un diplôme d’ingénieur spécialisé en informatique ou électronique, ou alors un master sciences et technologies, option informatique.

En quoi consiste ce travail ?

Le travail d’ingénieur analogicien se divise en deux parties. Tout d’abord, ce dernier doit créer des signaux électriques. Pour cela, il doit utiliser les signaux qui sont dans la nature (son, lumière, etc) pour les transformer en signaux électriques. Il élabore ensuite des circuits intégrés, en respectant le cahier des charges qui détaille les fonctions de chaque élément à concevoir. Puis, il doit effectuer des tests avec des outils de mesure comme un oscilloscope ou un synthétiseur, ou bien des logiciels de simulation.

Suite à cela, l’ingénieur analogicien doit passer de l’analogie au numérique. Ainsi, grâce à un système d’émetteur-récepteur et aux composants analogiques (transistors, diodes, résistances), il va devoir capter la voix avant de la transformer en donnée numérique. L’ingénieur analogicien travaille donc en amont et en aval de l’ingénieur en électronique numérique, pour capturer et restituer un signal.

Quelles sont les compétences requises ?

Premièrement, il convient de maîtriser parfaitement les notions en électronique et en numérique, ainsi que la programmation numérique. Il faut donc des connaissances techniques poussées, afin de prendre les bonnes décisions. De plus, l’ingénieur analogicien doit être rigoureux lorsqu’il manipule les cartes électroniques. Il doit également être en capacité de rédiger les comptes rendus et mettre à jour la documentation qui a pour but de réaliser les manuels d’utilisation et de dépannage. En outre, il doit impérativement être spécialisé dans une des grandes familles de l’électronique, comme l’hyperfréquence, le traitement du signal, ou la microélectronique.

Quelles perspectives professionnelles ?

L’ingénieur analogicien peut évoluer et devenir chef de projet, puis responsable d’unité de production. Il a également la possibilité de s’orienter vers un poste de commercial et devenir ingénieur d’affaires, afin de négocier les contrats avec les clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *